Pour que l'eau de la commune ne s'infiltre pas entre les conduites

par Marketing (commentaires : 0)

Les conduites d'eau potable jurassiennes sont en partie en partie délabrées. Presque la moitié de l'eau potable est perdue entre le réservoir et le robinet d'eau. Une commune de la région se bat avec succès et se trouve en bonne compagnie dans tout le pays.

Porrentruy protège ses conduites d'eau comme la prunelle de ses yeux – pas une seule goutte d'eau potable ne se perd. Grâce aux nouvelles sondes de surveillance installées dans les puits d'eau situés en aval de la petite ville du canton du Jura, les autorités sont en mesure de contrôler le bruit, la pression et la consommation des conduites d'eau.

Une surveillance systématique des conduites d'eau de la commune jurassienne s'imposait, d'autant plus que l'état de l'infrastructure du réseau s'est sensiblement détérioré jusqu'en 2008. Les responsables ont dû à maintes reprises faire face à des fuites dans les conduites. « La situation était vraiment difficile. Nous avons perdu près de 50 pour cent de l'eau potable à l'époque. Ces conditions étaient intenables », déclare Gabriel Voirol, conseiller municipal du FDP, devant « Schweiz Aktuell ».

Adoption d'une loi contre la perte en eau

La dégradation progressive a contraint Porrentruy à agir – avec succès : après l'installation du nouveau système de surveillance, la commune du canton du Jura a réussi à réduire la perte en eau de 48 à 12 pour cent en six ans.

Mais toutes les communes du Jura ne suivent pas le même chemin que Porrentruy. Ainsi, selon « Schweiz Aktuell », la perte en eau dans le district de Delémont est de 33 pour cent. En Ajoie elle est même de 50 pour cent. Raison suffisante pour que les politiciens adoptent une nouvelle loi. Celle-ci oblige les communes jurassiennes à fixer le prix de l'eau à un niveau qui leur permettrait d'utiliser cet argent pour procéder elles-mêmes à la rénovation des conduites d'eau. Cette loi a été promulguée en février dernier.

D'autres régions de Suisse sont également engagées avec succès dans la lutte contre la perte en eau potable, notamment le canton de Bâle-Campagne. Alors que la région a affiché une perte en eau potable allant jusqu'à 20 pour cent en 2012, le canton a réussi à limiter cette perte à 13,4 pour cent l'année dernière.

Coire mise sur la surveillance en ligne

La ville de Coire a enregistré une perte en eau potable de 13,1 pour cent l'année dernière. « Il ne s'agit pas seulement de pertes résultant de fuites, mais aussi d'une consommation inappropriée comme c'est le cas avec l'eau de bornes hydrantes, ou de différences de mesure dues aux décalages temporels dans la lecture des compteurs », explique Marco Gabathuler, membre du directoire du fournisseur d'électricité responsable IBC Energie Wasser Chur. Par conséquent, la perte de fuite réelle se situe probablement entre cinq et dix pour cent.

Gabathuler interprète cette valeur comme un succès. Après tout, la moyenne nationale se situe à 14 pour cent. Le membre du directoire révèle sans tarder la clé du succès de la ville des Grisons : « nous disposons d'un système complet de surveillance des fuites en ligne, qui signale immédiatement les fuites et favorise ainsi des réparations rapides. Ceci a également un impact positif sur la quantité de fuites, affirme Gabathuler.

Une perte en eau quasi nulle à Zurich

Les faibles pertes en eau sont également réjouissantes car l’infrastructure du réseau de Coire a une moyenne d’âge élevée. Il n'a cependant pas été possible de déterminer l'âge des conduites d'eau. La Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux SSIGE part du principe que les conduites d'eau potable ont une durée de service de 50 à 80 ans.

Toutefois, la compagnie grisonne de distribution d'électricité ne veut pas se reposer sur ses lauriers. En effet, jusqu'à deux pour cent sont investis chaque année dans l'infrastructure de réseau de la ville. Selon Gabathuler, environ cinq millions de francs suisses seraient consacrés à la rénovation pour l'année en cours. Dans toute la Suisse, les investissements engagés dans l'infrastructure hydraulique s'élèvent à environ 880 millions de francs.

Alors que la ville de Berne a enregistré l'année dernière une perte en eau potable de 10 pour cent, l'agglomération de Zurich est, selon ses propres chiffres, le leader en matière de limitation des pertes en eau. D'après ces chiffres, Zurich aurait perdu au total 4,9 pour cent de son eau en 2014. L'année dernière, la ville de Zwingli a atteint une valeur de 4,7 pour cent.

La compagnie de distribution d'eau de Zurich attribue les valeurs de pointe à un contrôle intensif des conduites d'eau et un entretien continu des canalisations. Par ailleurs, la ville de Zurich aurait investi d'importantes ressources financières dans la maintenance du réseau. En fin de compte, quelque 23 millions de francs auraient été investis dans l'assainissement et la rénovation des installations du réseau de la métropole économique.

SRF, Pour que l'eau de la commune ne s'infiltre pas entre les conduites : https://www.srf.ch/news/schweiz/damit-das-gemeinde-wasser-nicht-zwischen-den-leitungen-versickert article consulté 25/06/2019.

Retour